Culture Athle lance l'application mobile RunMotion pour que tu atteignes tes objectifs running !



Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Seconde l'an passé à Nancy aux France de semi-marathon, l’égérie de l’Athlé Saint-Julien 74 (ASJ 74) et du Team New Balance, Aline Camboulives, est repartie dimanche 22 septembre de Belfort avec cette fois-ci la médaille d’or autour du cou.

Adversité plurielle 

Une prouesse d’autant plus remarquable qu’elle survient une semaine seulement après sa seconde place au prestigieux Marathon de la Jungfrau. Craignant de ne pas avoir suffisamment récupéré, elle n’escomptait pas vraiment la victoire qui apparaissait d’ailleurs très hypothétique, le semi n’étant pas sa discipline de prédilection, celle-ci étant le marathon (marque référence en 2h36’44 le 7 avril dernier à Paris).

Par ailleurs, elle n’ignorait pas la qualité des forces en présence où émergeaient les têtes suivantes : la Marseillaise Fatima Kjlilech-Fauvel (Société Culturelle Omnisport Saint-Marguerite), ayant la faveur des pronostics pour détenir un record en 1h10’40 (Lille 2007) et pour avoir été titrée à cinq reprises (2007, 2009 à 2012) ; la jeune Patricia Laubertie (Corrèze Athlé, record en 1h15’33 à Tulles 2010) ; enfin, Corinne Herbreteau-Canté (Association Sportive Saint-Sylvain-d’Anjou, record en 1h15’55 à Saint-Sylvain-d’Anjou le 10 mars dernier).

Au final, la Saint-Jorienne franchit la ligne en 1h17’10. La chaleur estimée à 25°, l’heure tardive (à partir de 14h45), mais également le parcours émaillé de quelques côtes reliant Montbéliard à Belfort, expliquent cette performance en-dessous de son potentiel (temps étalon établi à 1h15’49 à Genève le 6 mai 2012). Sans omettre bien sûr les retombées du Marathon de la Jungfrau.

Dichotomie

On peut segmenter son fait d’armes en deux parties. Trouvant dès l’entame son rythme, passant au km10 en 35’20, elle ne quitta pas des mirettes Fatima Kjlilech-Fauvel qu’elle sentait à la peine, en particulier dans les bosses. La preuve, celle-ci abdiquera au 14ème km, victime d’une contracture aux ischios. Commençant à ressentir les effets du Marathon de la Jungfrau à partir du km15, Aline allait ensuite subir l’épreuve et conclure très difficilement. Cependant, fidèle à sa hargne légendaire, elle ne lâchait rien et au contraire creusait même l’écart sur ses poursuivantes.

La présence de son oncle et de sa grand-mère à Belfort où ils vivent et qu’elle rencontre rarement, le fait également d’occuper continuellement la proue de course après l’abandon de la grande favorite, lui auront permis de résister au retour de ses adversaires. De même, aura contribué à ce triomphe, à vrai dire inespéré, le fait d’apprendre la veille que les deux premières places seraient qualificatives pour les Mondiaux, devant se disputer le 29 mars 2014 à Copenhague.

Aline Camboulives, victorieuse aux Championnats de France de semi-marathon, le 22/09/2013 entre Montbéliard et Belfort. Cliché de « VO2 Run In Live ».

Autre source de motivation, les deux podiums collectifs, scratch et vétéran, que s'est assigné l'ASJ 74 dont elle a renouvelé le bail début septembre. Podiums où elle accédera sur la plus haute marche en compagnie de ses coéquipières Fatima Abida (nouvelle et sensationnelle recrue) et la Néerlandaise Stijntje Reulen Langel pour le général ; de nouveau cette dernière plus la Franco-Suissesse Astrid Schaffner pour les vétéranes (voir le détail ci-dessous).

Dans le viseur

En attendant, le moral gonflé à bloc, la native de Valence va préparer activement les France de marathon qui se tiendront le 27 octobre prochain à Toulouse où elle essaiera de conserver sa couronne glanée lors des deux dernières éditions. Deux marathons de montagne disputés cette saison, avec à la clef des prestations de haut vol (lauréate à Zermatt, seconde sur la Jungfrau), devraient lui permettre de relever le défi.

N’empêche, l’objectif ne sera pas une sinécure. Si le tracé gagne en rapidité au regard de Nice-Cannes (support des France de 2010 à 2012), le plateau risque par contre d’être bien plus fourni, la compétition servant de sélection pour les championnats d’Europe d’athlétisme qui enflammeront Zurich du 12 au 17 août 2014. Ayant désormais deux compétitions dans les pattes en huit jours (Jungfrau et France de semi), Aline donnera priorité à la récupération durant les 35 jours qui la sépareront de l’échéance toulousaine.

Pas question en effet de rééditer l’ultime semaine précédant Sierre-Zinal où elle s’était défoncée quotidiennement, provoquant son abandon le jour J dès le 13ème km (1), éreintée qu'elle était. Toutefois, elle intensifiera son entraînement 15 jours durant et prendra le départ, le 6 octobre, de cette grande classique helvète qu’est Morat-Fribourg (17,450km) qui fête cette année son 80ème anniversaire. De plus, le 10km de Romans (record sur cette distance en 34'56 le 6 janvier dernier à Nice), une semaine plus tard, n’est pas exclu. A condition cependant que son époux Sylvain Lavergne, vététiste dans l’âme, ne s’aligne sur le mythique Roc d’Azur (Var) dont ce sera la 30ème édition.

Tournant

Parallèlement, elle envisage déjà l’année prochaine qui serait axée essentiellement sur la route au dépens donc de la course nature (2). En réalité, elle a déjà opéré ce choix, optant le 27 octobre prochain pour les France de marathon et non pour la Grande Course des Templiers qui avait pourtant la préférence du Team New Balance. Les motifs ? La longueur de la compétition aveyronnaise (73km), inédite pour elle, ainsi que la trop grande technicité des descentes qu’elle renferme, bref son inexpérience sur ce type de terrain. Autre élément qu’elle a pris en compte, elle est désormais quadra (elle a vu le jour le 13 juillet 1973) et elle sait mieux que quiconque qu’elle n’a pas une seconde à perdre si elle veut encore bonifier ses performances sur l’asphalte. Il sera toujours temps après de se convertir au trail longue distance où le chrono n’a pas la même importance.

Cette décision, elle l’a prise absolument seule, se laissant guider par sa conscience, reflétant ainsi son caractère farouchement indépendant.

François Vanlaton

(1) Sierre-Zinal est une course de montagne longue de 31 bornes. 
(2) Aline devrait quand même prendre part à quelques courses nature la saison prochaine, à l'instar du Marathon de la Jungfrau, le 13 septembre, et ce pour la quatrième année consécutive.


L’ATHLE SAINT-JULIEN 74 DOUBLEMENT RECOMPENSE !

Le club des bords de l’Aire aura profité au maximum de l’exploit d’Aline Camboulives, double lauréate au scratch et chez les vétéranes, pour inscrire à sa prestigieuse carte de visite les titres de champion de France féminin par équipe, à la fois au général et en vétéran. Un double titre rendu possible grâce aux performances suivantes :
- Scratch : Aline Camboulives (1ère en 1h17’10) ; la Gessienne Fatima Abida (23ème en 1h25’27), nouvelle recrue en provenance d’Ain-Est Athlétisme ; la Néerlandaise StijntjeReulen Langel (26ème en 1h26’07).
- Vétérans : Aline Camboulives (1ère en 1h17’10) ; la Néerlandaise Stijntje Reulen Langel (7ème en 1h26’07) ; la Franco-Suissesse Astrid Schaffner (48ème en 1h43’19).
Outre Aline, on mettra en exergue l’entrée fracassante et décisive de Fatima Abida dans sa nouvelle formation, permettant à « Saint-Ju » de moissonner la médaille d’or au scratch. De même, on n’oubliera pas de mentionner une autre Gessienne en la personne de Maryline Rossi qui se classe 27ème en 1h26’57.
Ultime sociétaire engagée, Laure-Allison Verboux sera malheureusement contrainte à l’abandon.


Tous les résultats des championnats de Francde de semi-marathon ici.