Culture Athle lance l'application mobile RunMotion pour que tu atteignes tes objectifs running !



L’Épopée russe : le film de l’équipe de France

Date de publication
Écrit par Culture Athle   
Catégorie : Championnats du monde
Note utilisateur:  / 0

La Fédération Française d’Athlétisme présente les coulisses de l’Equipe de France aux Championnats du monde de Moscou 2013, dans un film de 36’29. Découvrez la face cachée de l’Equipe de France d’athlétisme, du départ en avion, sur le terrain d’échauffement ou dans l’intimité de leur chambre d’hôtel.

Revivez les moments de joie, de doute et de surprise qui ont rythmé le parcours des Français à Moscou. 


L’ÉPOPÉE RUSSE : LE FILM par FFAthletisme

Commentez les photos marquantes de ces mondiaux de Moscou

Date de publication
Écrit par Culture Athle   
Catégorie : Championnats du monde
Note utilisateur:  / 0

Culture Athle vous propose un petit tour d’horizon des photos marquantes de ces championnats du monde d’athlétisme de Moscou.

C’est maintenant à vous de participer à ces mondiaux ! Nous vous invitons à nous soumettre une légende, originale ou humoristique, pour chaque photo. Les meilleures seront publiées lundi à l’issue des championnats du monde.

Pour cela rien de plus simple, proposez nous vos légendes par le biais des commentaires en dessous de l’article. A vos claviers, prêt, partez !

Retrouvez les meilleurs commentaires sélectionnés dans les légendes de chaque photo. Merci à tous pour votre participation !

Simon : « Au Stade de Loujniki un mythe est tombé : la foudre peut frapper deux fois au même endroit »

Erwan : « Flip flop mais pas de flop pour Elena »

Jean-Louis : « Pas un mo, des actes ... »

Jean-Louis : « Chant de joie pour un disque d'argent." et Paul : « L'argent fait son bonheur »

Romain : « Pierre-Ambroise Bosse n'a peur de rien, pas même de Ben Johnson reconverti sur 800m »

Erwan : « Teddy, le retour du Jedi »

*Photos d'Usain Bolt : Olivier Morin - Elena Isinbayeva, Mo Farah et Mélina Rovert-Michon : Getty Images - Pierre-Ambroise Bosse : Alexander Nemenov.

400 mètres haies : Présentation des finales

Date de publication
Écrit par Ivan Moreau   
Catégorie : Championnats du monde
Note utilisateur:  / 3

Programmées l’une et l’autre ce jeudi 15 aout (18h45 et 19h00), les deux finales du 400 mètres haies seront l’occasion de découvrir les femmes et les hommes leaders cette année. Petit panorama de ces deux finales avec l’aide précieuse de Jean-Jacques Behm toujours aussi affuté sur l’actualité du 4H. Merci JJ !

Femmes : Hejnova pour un sacre attendu

La tcheque Zuzana Hejnova (en photo) fait en effet figure de grande favorite. Dominatrice toute la saison avec un record personnel porté à 53’’07 à Londres fin juillet, elle a confirmé en série et demi finale ses excellentes dispositions. Dotée notamment d’une structure de course régulière son passage sans écueil de 15 à 16 foulées est un de ses atouts majeurs et la voir descendre sous les 53’’ lors de cette finale n’est pas à écarter.

Contraste dans cet enchainement des obstacles avec celle qui pourrait être sa dauphine, la britannique Perri Shakes drayton qui a aussi battu son record personnel cette année en 53’’67. Partant devant Hejnova lors de cette finale elle pourra faire valoir sa plus grande vitesse sur 400 plat mais la partie sera serrée car un départ trop rapide pourrait la voir céder face aux deux américaines Dalilah Muhamad et Lashinda Demus.

Les quatre autres finalistes devraient quant à elle évoluer entre 54 et 54’’5 sans pouvoir venir se mêler à la lutte pour une médaille, les séries ayant notamment écartées l’américaine Georgiane Moline (chute) et la jamaïcaine Kalliese Spencer (disqualification).

Les finalistes (couloir, athlete, pays, MP de la saison et Record personnel)

1 Anna Yaroshchuk UKR 54.77 54.35
2 Nickiesha Wilson JAM 54.94 53.97
3 Zuzana Hejnová CZE 53.07 53.07
4 Lashinda Demus USA 54.22 52.47
5 Perri Shakes-Drayton GBR 53.67 53.67
6 Dalilah Muhammad USA 53.83 53.83
7 Anna Titimets UKR 54.63 54.63
8 Eilidh Child GBR 54.22 54.22
 

Hommes : Pas de remake londonien pour Felix Sanchez

Le vétéran Felix Sanchez qui avait surpris tous les observateurs l’an passé à Londres ne devrait pas être à pareille fête cette année. Arrivé d’une part en finale par le biais de séries et demi finales favorables il devra résister à une densité de très bons coureurs autour des 48’’avant cette finale.

Ainsi le cubain Omar Cisneros a réalisé le meilleur temps de la saison dans sa demi-finale : 47’’93 (et nouveau record personnel également).

Il devance désormais au temps tous les autres protagonistes de cette finale parmi lesquels l’américain Michael Tinsley (47’’96) et Jehue Gordon (48’’00) pour Trinidad et Tobago.

Celui-ci déjà remarqué au pied du podium à Berlin en 2009 alors qu’il n’était que junior 1 aura en ligne de mire son record national de 47’’96. Il pourra aussi bénéficier d’une bonne vitesse dans le 1er 200 doublée d’une belle capacité d’accélération entre les haies comme on a pu l’observer lors des demi finales. Il faudra aussi compter sur le Porto-Ricain Javier Culson deuxième des deux dernières éditions,  et encore au rendez-vous cette année. Enfin Kerron Clement pourra une nouvelle fois faire valoir son expérience et son 47’’24, record de tous les participants, en restant en embuscade avec un chrono cette saison de 48’’06.

Signalons également dans les qualifiés pour cette finale le sénégalais de Montpellier Mamadou Kasse Hanne qui confirme par sa présence sa progression cette année.

Cette finale pourrait par ailleurs offrir un podium sous les 48’’, ce qui ne s’est pas vu depuis Edmonton en 2001 et la meilleure moyenne sur les 8 finalistes qui est jusqu’ici de 48’’30 pourrait elle aussi être en danger. 

Les finalistes hommes

1 Kerron Clement USA 48.06 47.24
2 Mamadou Kasse Hanne SEN 48.50 48.50
3 Michael Tinsley USA 47.96 47.91
4 Felix Sánchez DOM 48.10 47.25
5 Omar Cisneros CUB 47.93 47.93
6 Jehue Gordon TRI 48.00 47.96
7 Javier Culson PUR 48.14 47.72
8 Emir Bekric SRB 48.36 48.36
 

Une finale du 800 mètres plus ouverte que jamais

Date de publication
Écrit par Culture Athle   
Catégorie : Championnats du monde
Note utilisateur:  / 2
Pierre-Ambroise Bosse sur le podium comme lors des championnats d'Europe à Helsinki ?

En l’absence du Kenyan David Rudisha, champion olympique et du monde en titre et recordman du monde du 800m, à cause d’une blessure au genou, la finale du 800m s’annonce plus ouverte que jamais ! Une seule et unique certitude, ce sera un podium totalement inédit puisqu’aucun des finalistes à Moscou n’a déjà remporté une médaille en championnats du monde en plein air ou aux Jeux Olympiques.

Retrouvez la start-list de cette finale du 800m des championnats du monde :

Couloir
Athlète
Pays
SB 2013
PB
1
GBR
1:44.85
1:43.77
2
POL
1:44.20
1:43.84
3
USA
1:43.67
1:42.95
4
DJI
1:43.63
1:43.63
5
USA
1:43.27
1:42.82
6
ETH
1:43.33
1:42.53
7
KSA
1:44.10
1:44.10
8
FRA
1:43.76
1:43.76

Lire la suite : Une finale du 800 mètres plus ouverte que jamais

Finale de la perche hommes: Tintin au pays des soviets

Date de publication
Écrit par Ivan Moreau   
Catégorie : Championnats du monde
Note utilisateur:  / 1

Grosse attente pour la perche française cette année à Moscou, avec, espérons le, le premier titre français en championnats du monde extérieur en trente ans d’existence.

Renaud Lavillenie arrive au bord de la Moskova en terrain (presque) conquis cette année avec une régularité et une capacité à monter haut qu’aucun de ses adversaires n’a semblé pouvoir tutoyer cette saison. Oublié le mauvais souvenir de son record refusé à 6m07 cet hiver aux championnats d’Europe, ses dernières sorties au Stade de France et au meeting Diamond League de Londres en font LE favori de ces championnats. Les qualifications ayant délivré leur verdict ce concours comprendra ainsi 2 français avec les deux frères Lavillenie, les trois allemands qui ont fait le carton plein, ainsi que 8 autres concurrents (voir plus bas) ayant passé ce cut toujours délicat des qualifications. Un seul russe sera présent : loin est le temps où l’école soviétique régnait sur ces championnats du monde…

Trente ans de mondiaux : Bubka bien sûr

Surprise des premiers championnats du monde de l’histoire à Helsinki en 1983, Sergei Bubka y remporte à 19 ans , le premier de ses six titres consécutifs, empêchant l’accès à la plus haute marche du podium à tout autre vainqueur pendant près de 16 ans ! Moins heureux en compétition olympique il n’aura laissé que des miettes à ses contemporains lors de ces championnats et plus encore aura permis à l’école soviétique d’assoir sa suprématie sur ces championnats.

Si l’on compte ainsi les athlètes ayant changé de nationalité après l’éclatement de l’empire soviétique, c’est la moitié des podiums (1) de ces championnats qui ont été moissonnés faucille à la main !

De 1 à 9 nations titrées : vers une mondialisation de la perche

Ces 50 % cachent cependant une toute autre réalité, plus contemporaine. En effet si on dénombre désormais 17 pays au tableau des médailles, on doit chercher avec attention pour trouver depuis dix ans un seul russe sur un podium mondial, tandis que la perche féminine russe prenait quant a elle son envol avec Feofanova et plus encore Isinbayeva .

Du vainqueur "surprise" comme l’italien Gibilisco en 2003 au plus attendu Australien Steven Hooker en 2011, c’est ainsi 8 nationalités différentes qui se sont partagées le gateau des titres mondiaux avec la fin de règne de l’ogre de Donetsk.

Par ailleurs a l’instar de la finale 2013 qui s’annonce, on retrouve désormais des asiatiques ou autres américains du sud dans le top niveau mondial, le continent africain bénéficiant depuis longtemps de l’exception « culturelle » de l’Afrique du sud pour apparaitre même dans le tableau des médailles en 2003 via Okker Brits titulaire d'un record d'Afrique à 6m03.

La France attend son heure

Nation forte de la perche, école réputée dans le monde entier, la perche française aura brillée aux jeux olympique sur ces trois décennies avec pas moins de trois titres et autant de grands champions (Quinon 1984 - Galfione 1996 - Lavillenie 2012).

Elle présente en revanche un bilan mitigé en championnats du monde. Sans or notamment, elle occupe ainsi la deuxième place à la table des médailles , loin derrière le pays hôte de cette édition. On ne retrouve ainsi qu’un Thierry Vigneron solide dauphin à Rome en 1987 ou Jean Galfione, 3e en 1995 un an avant son sacre olympique, puis il faut attendre 12 ans et six éditions pour voir Romain Mesnil sur la 2e marche du podium d’Osaka, performance qu’il renouvellera deux ans plus tard à Berlin au nez et à la barbe de son encore jeune coéquipier Renaud Lavillenie.

Favori en 2011, celui-ci doit se contenter de la 3e place à Daegu dans un concours hold up où la victoire s’offre au Polonais Wojciechowski, 9e champion du monde de la série.

Nul doute que notre champion olympique en titre mettra toute son énergie et expérience acquise depuis Berlin et Daegu pour convertir son bronze en or. Il réussirait ainsi le doublé JO-Championnat du Monde que seul le maitre Bubka a réalisé jusqu’ici (1992-1993)

Verdict lundi 12 aout...

Les qualifiés pour la finale

athlete

pays

perf en qualif

Jan Kudlicka

CZE

5.65

Malte Mohr

GER

5.55

Konstadínos Filippídis

GRE

5.55

Seito Yamamoto

JPN

5.55

Alhaji Jeng

SWE

5.55

Raphael Holzdeppe

GER

5.55

Valentin Lavillenie

FRA

5.55

Changrui Xue

CHN

5.55

Sergey Kucheryanu

RUS

5.55

Renaud Lavillenie

FRA

5.65

Brad Walker

USA

5.55

Augusto de Oliveira

BRA

5.55

Björn Otto

GER

5.55

(1) 6 titres et 16 podiums pour l’URSS, la Russie, l’Ukraine et le Kazakhstan, auquel on peut rajouter 1 titre et 3 podiums acquis par Markov (Australie) et Averbuck (Israel).