Quentin Bigot : "Ça fait du bien de se sentir soutenu"

Date de publication
Écrit par Ivan Moreau   
Catégorie : Actu
Note utilisateur:  / 1

Entretien avec Quentin Bigot, sur sa suspension, son quotidien ... et ses projets

Bonjour Quentin. Tout d'abord comment vas tu ? Geres tu bien ta suspension en cours , psychologiquement notamment ?

Ça va plutôt bien, je me suis remis petit à petit des événements de juin 2014. Je ne cache pas que ça a été très très dur. J'ai vécu des mois horribles, de juin à novembre surtout. J'ai perdu plus de 10 kilos et je m'étais amaigri radicalement dans une phase de dépression où je perdais tout.
Mais je me suis reconstruis petit à petit un nouveau "monde", et aujourd'hui ma vie à complètement changé 

 Revenons sur cette suspension rapidement. Jugée sévère par certains en raison de tes aveux, est elle juste pour toi ? 

Avec le recul, oui. Je mérite ces deux ans de suspensions. Pour moi c'est clair, j'ai pris des produits pendant deux ans. Je suis puni deux ans. Je le paye .
De plus, je dois être un exemple pour les autres athlètes en leur montrant par mon cas, que l'on paye très cher la triche. Alors oui cette suspension est juste

  Quel est ton quotidien aujourd'hui sans entrainement et vie d'athlète de haut niveau ? Celle ci te manque t'elle ?

Je m'entraîne encore. J'avais dit que je reviendrai... Et je reviendrai !
Je ne peux pas vivre sans le marteau, j'en ai besoin, et honnêtement je ne peux pas m'arrêter sur un contrôle positif à 22 ans...
Par contre, je ne ferais plus jamais QUE ça. Le marteau ne sera plus toute ma vie, mais une partie.

C'est à dire? Plus concrêtement aujourd'hui ?

Étant jeune, je rêvais de devenir conducteur de train.
J'ai donc voulu rebondir et me remobiliser au lieu de me laisser aller. J'ai postulé, comme Mr tout le monde et j'ai été retenu. Aujourd'hui je suis en formation depuis 3 mois et pour encore 5 autres mois à Autun . C'est une nouvelle vie, et elle me plait vraiment.
En dehors de mes heures de formations, je passe mon temps à l'entraînement, il y a donc toujours une petite part de ma vie d'athlète de haut niveau qui reste.
Après... Regarder de l'athlé à la télé, aller voir une compétition, le regard des gens... C'est dur, ça fait mal. C'est là, que je paye le plus mes conneries.

quentin bigot

  Que t'inspire l'affaire Bertrand Moulinet ? Peux t'on dire qu'il y a des points communs avec ton histoire ?

Je n'ai pas vraiment suivi cette affaire. Loin de moi l'idée de lui jeter la pierre. J'ai su effectivement qu'il avait avoué. Tout ce que je peux dire, c'est que maintenant, il peux se reconstruire et dormir léger. Ce sont des moments durs, que je ne souhaite à personne de vivre. Mais on se sent quand même mieux après avoir tout dit. 

 Ton président de Club s'est fendu d'une mise au point vis de propos durs de Yohann Diniz à ton endroit.Au delà de cette fausse polémique alimentée par les réseaux sociaux, est ce quelque chose que tu as su apprécier ?

Oh que oui ! Ça fait du bien de se sentir soutenu. Bertrand a tout vécu avec moi : résultats du contrôle, aveux, commission... Et il ne m'a pas laissé tombé. Il a voulu, avec le club  m'aider à passer a autre chose, à me reconstruire. Je crois que je suis mieux apprécié aujourd'hui dans le club qu'avant.. je le ressens et ça me fait du bien. Je reste disponible pour aider, et le fais avec beaucoup de plaisir. J'ai appris les joies du bénévolat, et j'adore ça.
Après sur l'épisode, Bertrand m'a vu évoluer, changer. Et aujourd'hui, il sait comment je suis devenu. Pour lui, il était normal de me défendre pour des paroles aussi dures par rapport aux actes réels... Je ne le remercierais jamais assez pour ce qu'il a fait pour moi et continue de faire, et fera je n'en doute pas, ainsi que le club tout entier. 

 A l'image du cas Teddy Tamgho , la fédération semble elle aussi s'investir un peu plus dans la protection et l'accompagnement des athlètes sanctionnés . Vrai ou faux pour toi ?

Totalement faux pour ce qui me concerne. Je n'ai eu aucune nouvelle de la fédération depuis la commission de discipline malgré un mail que je leur est envoyé lors de ma période de dépression ... c'était un message de détresse, et je regrette de ne pas avoir eu de retour...

  T'intéresses tu toujours au marteau ?  A tous les niveaux , y compris le haut niveau ?

Bien sûr, le marteau est une passion. J'entraîne un peu dans mon club, je suis les résultats aussi ...
Plus personnellement en ayant repris l'entrainement en novembre je lance a peu pres aujourd'hui autour de 75 mètres à l'entrainement  

 Et quel est ton regard d'athlète sur l'élite du marteau français actuellement ? Plutôt bienveillant ou un peu critique ?

Chez les femmes, c'est plus qu'encourageant ! Audrey et Alexia, et Alexandra , ou le "triple A" du marteau français, sont vraiment l'avenir, il faut miser sur elles car elles ont de belles choses à démontrer.
Chez les hommes en revanche... ce n'est pas formidable je trouve.
 
 
.

Meeting Fungana 2015: une édition prometteuse

Date de publication
Écrit par Ivan Moreau   
Catégorie : Actu
Note utilisateur:  / 1

Presidente fondatrice de l'association Fungana, Nathalie Favreau nous présente le meeting 2015 et un peu de son action à travers Fungana.

Quand athlétisme rime avec solidarité ...

Bonjour Nathalie, tu es l'organisatrice du meeting Fungana dont l'édition 2015 se tiendra le 30 mai. Peux-tu nous indiquer les principales têtes d'affiches qui seront présentes à ce meeting ?

Affiche1 meeting FUNGANA 30 mai 2015

Bonjour Ivan, effectivement j'organise le meeting FUNGANA depuis 2008, soit 2 ans après la création de l'Association. Les premières éditions se sont déroulées à Saint-Maur et j'espère bien pérenniser cet événement à Cergy, mon nouveau club depuis le mois de septembre.
Concernant les principales têtes d'affiche à ce jour il y a pas mal d'inscriptions en cours et j'attends un gros boom le lendemain du 2e tour de interclubs :
 
- sur 400m Hommes : Confrontation annoncée entre Nicolas Fillon, Yoan Decimus, Mehdi Omara, David Alerte...
- sur 800m Femmes : une belle densité autour des 2'08
- sur 800m Hommes : Aymeric Lusine voudrait descendre sous les 1'49. Plusieurs athlètes dans les 1'50/1'51
- sur 1500m Femmes : Pas mal d'athlètes qui visent les moins de 4'25 comme Naoïle Khattou, Aurore Fleury, Aurélie Canu, Pauline Simon, Valentine Huzé...Emma Sextius sera le lièvre de cette course.
- sur 1500m Hommes : Mustapha Habbani demande une allure de 3'43. Pour l'instant 2/3 athlètes pourront suivre cette allure dont le marocain Soufiane Ssalhi, tout nouveau licencié à l'AS POISSY.
- Très gros niveau sur le 3000m steeple H avec les participations de Mehdi Akaouch, Akim Zilali, Hicham Bengharda, François Leprovost, Valentin André, Ali Babaci...
- Sur 3000m st Femmes : Maeva Danois, fidèle à ce meeting, a confirmé sa participation. Sa rentrée sur 1500m aux interclubs a démontré sa grande forme ! Nous sommes dans l'attente de la confirmation de Floriane Chevalier, ce qui pourrait envisager un beau duel. Sont engagées Lucie Lerebourg, Coraline Léonard, Zakia Boutallitte...
- Sur le 5000m mixte, très gros gros niveau chez les féminines avec la participation de la marraine du meeting : Aurore Guérin. Elle tentera de descendre sous les 16'.
Jacqueline Gandar est la seule capable de s'accrocher le plus longtemps possible. Derrière plusieurs filles d'un même niveau, aux alentours des 16'45 : Azeline Martino, Meredith Bortolameolli, Zohra Graziani, Marion Joly Testaud...
- Sur 5000m hommes 2 juniors voulaient réaliser les minima pour les championnats d'Europe (-14'25). Nous attendons la confirmation d'un lièvre de luxe et pour l'heure 3 autres athlètes seront en capacité de suivre ce rythme dont Frédéric Bouvier et Julien Samson. Pour information un athlète a demandé de monter une course en 13'45 donc à bons entendeurs...
Voilà en gros pour les niveaux des courses mais comme je l'ai dit, par expérience, les inscriptions vont se multiplier le soir du 2ème tour des interclubs

De quand date ce meeting qui s'ancre désormais dans les très bons meetings demi-fond hexagonaux ?

La 1ere édition a eu lieu en Juin 2008 dans le cadre du meeting de Saint-Maur (sur invitation). Cette 1ere édition a été une réelle réussite et a apporté plus de 2 000€ à l'association. Suite à ce succès, nous avons souhaité pérenniser cet événement.
 
Deux éditions se sont déroulées à Saint-Maur puis en 2012 j'ai voulu organiser le propre meeting FUNGANA. Je suis vraiment reconnaissante du soutien apporté par le Club de Saint Maur Athlétisme sans qui ce meeting n'existerait pas.
En 2012 et 2013 le meeting a été organisé à Conflans Ste Honorine, à l'origine mon club d'athlé.
En 2014, suite à des différents avec le club du PLM Conflans, le Club de Poissy a accueilli très gentiment le meeting FUNGANA.
En 2015, nous retrouvons une situation stable car, étant licencié depuis le mois de septembre, j'ai l'espoir de fidéliser le meeting FUNGANA sur ce beau stade des Maradas à Cergy.
 

Et quelles sont les grandes dates et meilleurs souvenirs pour toi de ces différents meetings ?

 
Il n'y a que de grandes dates et de bons souvenirs !
Sauf le soir de la 1ère édition où j'ai eu un accident de voiture où j'aurais pu perdre la vie. Je m'étais endormie au volant car je n'avais pas dormi pendant plus de 24h pour l'organisation de ce premier meeting...

L'association Fungana dont tu es aussi la présidente a t'elle d'autres actions ?

Deux événements principaux sont organisés chaque année pour récolter des fonds : le cross FUNGANA en novembre et le meeting FUNGANA en mai.
 
Les fonds récoltés permettent de financer un projet qui me tient à coeur: la rénovation de l'école ITEN PRIMARY SCHOOL au Kenya.
Cet été, je suis partie accompagnée d'une amie, avec une enveloppe de 6 000€ pour rénover plusieurs classes de cette école, ainsi qu'installer des gouttières afin de récupérer l'eau de la pluie dans des contenairs d'eau que nous avons aussi financés.
Tout le compte-rendu de notre voyage est consultable sur le site FUNGANA (www.fungana.com ).

C'est une école qui est désormais en bon état désormais alors ?

On va dire qu'elle est en moins mauvaise état et offre des conditions scolaires acceptables pour les élèves.
 
Ma prochaine mission est de reconstruire la cuisine scolaire de cette école, endroit où sont préparés tous les plats des élèves. Je vous laisse constater les conditions d'hygiène sur la photo ci-jointe, par ailleurs je parle de cuisine mais je devrais dire cabane en bois et le coût de cette opération sera de 4 500€
cantine

Puisque tu évoques les coûts de ces actions, quelles sont les aides que tu reçois aujourd'hui, d'institutions ou de sponsoring divers ?

Je n'ai pas d'aides financières d'institutions...
 
Nous comptons essentiellement sur les dons de personnes généreuses , par exemple en octobre nous avons récolté un peu plus de 2000 euros via une action de crowfunding. Les fonds proviennent également de la vente de produits solidaires (T Shirts, bracelets...), des partenariats avec des courses telle que la Corrida d'Issy les Moulineaux.

Et tu n'as pas d'autres projets de développements ?

Je pourrais répondre à des appels à projets auprès de certaines entreprises ou même de la Région Ile de France, mais le temps me manque pour m'impliquer comme je le voudrais...
 
Notre parrain, Yoann Kowal, reverse parfois les primes de ses courses locales à l'association. Merci beaucoup à Yoko qui s'investit depuis de longues années pour FUNGANA.
 
Mais ma plus grosse aide c'est surtout la confiance des personnes qui suivent l'Association depuis sa création, cela m'aide à avancer et envisager de belles choses pour ces enfants qui comptent sur nous...
 
Je tiens également à remercier toutes les personnes qui me contactent avant de partir au Kenya pour me demander de quelle façon ils peuvent aider l'Association une fois sur place. Il n'y a pas longtemps un groupe d'athlètes de Rennes se sont rendus à Iten pour un stage d'athlé et ont consacré de leur temps pour apporter du matériel scolaire, des équipements, vêtements aux élèves d'Iten Primary School. Merci à toutes ces personnes, car grâce à vous le projet avance !

Et envisages tu quand même d'autres actions ? Quel serait ton rêve si tu en avais les moyens ?

Je voudrais mais avec mon rythme de vie ce n'est pas possible actuellement. A côté je bosse à plein temps, je suis chargée de développement dans les services énergiques (pour les collectivités) et je ne compte pas les heures...
Le temps qu'il me reste je le passe à m'entraîner pour essayer de garder un niveau convenable en athlé, ma passion...
 
Apres oui j'aimerais faire de ce meeting une référence en France ! Un grand rendez vous sportif qui allierait à la fois le spectacle, la solidarité et le haut niveau !!

Et comment peux t'on aider aujourd'hui au quotidien ?

En soutenant nos actions, en participant au cross et au meeting, en faisant des dons, en proposant des partenariats sur des courses sur route (2€ reversés sur les inscriptions par exemple), en étant bénévoles sur nos opérations....et surtout en nous faisant confiance
 
enfants nath
 
Nathalie Favreau avec les enfants de l'ecole
 
containers
 
Les containers financés par l'association
 
classes
 
Une salle de classe de l'école en fin de travaux

Entretien avec Damien Inocencio, entraineur national de la Perche chinoise

Date de publication
Écrit par Ivan Moreau   
Catégorie : Actu
Note utilisateur:  / 1
Bonjour Damien, comment vas tu ? Où te trouves tu actuellement ?
 
Bonjour Ivan, je suis en Chine à Jinan, dans l'est, pour la première compétition de la saison estivale. Comme tous les printemps je passe plusieurs mois en Chine pour la préparation des athletes et des moments entre entraîneurs. Je rentre a chaque fois en France pour les vacances de Pâques pour être avec ma femme Marie et les enfants.
 
Comment jongles tu entre tes athletes français et tes responsabilités chinoises ?
 
C'est très compliqué de gérer les français puisque je suis souvent en déplacement. Nous travaillons sur des vidéos et certains entraîneurs clermontois nous aident. J'ai de la chance parce que les athletes sont motivés et très autonomes. Mais il faudra peut être trouver d'autres solutions pour les saisons prochaines.
Les athletes progressent mais nous touchons les limites de ce système. La Chine comprend très bien que j'ai un engagement moral avec Thibault (BOISSEAU) et Louis( LECLERCQ) et ne nous pose en tout cas aucun problème. 
 
equipe survet
L'equipe de Chine cet hiver
 
Comment se compose ton "staff" chinois ?
 
Mon staff en Chine est constitué de trois athlètes hommes et d'une fille. La fille ne fait pas partie de mon contrat avec la fédération (voir plus bas) mais elle apporte un équilibre dans le groupe de garçons et a un grand potentiel. J'ai ensuite une personne qui est chargée de manager les parties administratives et pratiques ainsi que les traductions si besoin. Et un kiné qui nous suit en cas de pépins.
 
Quel fonctionnement as tu avec les entraineurs chinois ? Ca se passe comme en France ?
 
En France il n'y a presque aucune collaboration organisée par la fédération. En gros depuis que Maurice Houvion s'est retiré il n'y a plus d'assises de la perche, ou de regroupements organisés.
Ici nous profitons des stages ou des compétitions pour regrouper tous les entraineurs autour d'un repas, ou de conférences autour de thèmes que j'ai choisis en fonction des problèmes que j'ai pu remarquer. Mon rôle n'est pas de former différemment mais plus de leur distiller une vision différente de leurs méthodes. 
 
Et il y a beaucoup à dire ?
 
Je ne dois pas être le donneur de leçons mais je dois leur apporter une expertise différente. Je suis quelqu'un qui laisse faire les gens. Quand nous sommes en stage par exemple, quand un entraîneur vient avec ses athlètes je le laisse travailler et je lui donne des conseils, des avis quand je le sens ou quand il est demandeur. Le but n'est pas de changer leurs méthodes qui sont basées sur leur ressenti et sur leur culture. Le but est de les amener à s'ouvrir et penser.
 
En quelle langue t'exprimes tu avec les athletes chinois ?
 
Je m'exprime en anglais, les athlètes ont besoin de maîtriser la langue internationale pour entrer dans la famille de la perche, partager et s'intégrer au circuit. J'ai un traducteur qui m'aide mais j'essaie de l'utiliser le moins possible.
J'essaie aussi d'apprendre la langue, question de respect. Je travail cela avec des livres et avec les athletes qui viennent certains soir me donner des cours dans mon appartement. 
 
T'es tu inspiré, as tu contacté d'autres français venus dispenser leur expertise sportive précédemment en Chine ?
 
Avant de venir la première fois en Chine j'avais discuté avec Olivier Vallaeys en qui j'ai une grande confiance. Il avait fait une mission en Chine il y a quelques années et m'avait briefé sur les coutumes. Je connais aussi les chinois depuis 2011 et autre chose je cohabite avec Randy Huntington (ancien coach de Mike Powel) et nous partageons beaucoup nos expériences quotidiennes et les problèmes que nous rencontrons. 
 
Tes grands objectifs: Pekin 2015, Rio 2016 et Londres 2017 ? Une médaille sur l'un de ces trois événements ?
 
Oui le but est de faire des médailles, mais le chemin est long avec un calendrier court. Je dois trouver des raccourcis sur les temps d'apprentissage . 
 
As tu par ailleurs vocation à dynamiser davantage la perche chinoise hors haut niveau dans tes missions jusqu'en 2017?
 
Je n'ai pas cette mission. Mais je crois au fait que l'on est rien si l'on ne transmet rien.
Donc j'essaie de faire en sorte de leur apporter des choses à long terme. Mon travail est avant tout sur l'élite mais je voudrais mettre en place des regroupements sur les jeunes et développer la perche pour les très jeunes. 
 
Cette perche chinoise, comment est elle structurée actuellement ? rassemblement par pole, pole nationaux, poles de provinces ?
 
Actuellement les provinces travaillent de leur côté. Elles sont très puissantes et ont une grande autonomie. Le seul pole qui existe pour la perche est a Pékin là où je suis et où nous regroupons une élite de 3 garçons.
 
Et quelles sont en quelques mots les caractéristiques des perchistes chinois que tu as à haut niveau actuellement ?
 
Les athlètes viennent d'autre sport ou disciplines étant jeunes. Yang SHENG des haies hautes, Changrui XUE de la longueur et Bokai HUANG du basket. Ensuite ils ont été détectés par des entraineurs de province pour faire de la perche et integrer les filières d'entraînement au niveau des provinces.
 
Yang et Changrui ont ainsi pu venir quelques fois en France et tout naturellement ils ont intégré mon groupe.
Bokai lui fait parti de meilleurs mondiaux chez les jeunes depuis quelques saisons et suite à sa 5 eme place aux monde junior avec 5m45 (et seulement en junior 1 l'année dernière). Il est venu en stage avec le groupe en novembre et a définitivement intégré le groupe a la sortie de ce stage. 
 
Et côté fille, pas de perchistes émergeantes encore ?
 
Il y a Li LING qui à sauté 4m65 il y a deux ans. C'est un gabarit hors norme d'1m83 pour 62 kg. Mais elle est plutôt en fin de carrière, elle arrêtera probablement après Rio.
En revanche depuis cet hiver j'ai demandé que Huiqin XU une jeune espoir qui avait franchit 4m40 à 17 ans et qui stagne depuis, puisse rentrer dans le groupe. Vu qu'elle n'arrivait pas à passer le cap supérieur, elle ne faisait plus partie des plans de la fédération.
 
C'est assez restrictif alors l'accès à ce groupe ?
 
Oui et de mon côté même si dans mon contrat je n'ai pas à entraîner les filles, j'ai fait la demande pour qu'elle s'entraine avec le groupe. Ainsi elle a une chance pour se relancer et de mon côté j'ai besoin d'une présence féminine pour équilibrer le groupe. De plus comme humainement c'est une personne très bien, autant lui donner sa chance.
  
Ton regard désormais sur la perche Française ? Renaud roi du monde mais n'est il pas l'arbre qui cacherait une foret un peu moins dense ? 
 
La perche française se porte bien, je m'interroge plus sur son avenir à long terme du fait du vieillissement et de la baisse du nombre d'entraîneurs.
J'ai l'impression que la France vit sur ses acquis. Quand je vois les fonctionnements dans les autres pays et l'apport de la technologie dans les entraînements, j'ai peur que la France prenne du retard. L'entraînement doit être plus scientifique.
Après au niveau mondial il y a plusieurs jeunes français qui montent et c'est une bonne chose. Dans les années 90 le niveau était bien plus dense, mais depuis quelques saisons à part Renaud qui s'inscrit dans la durée, nous n'avons plus de densité a plus de 5m80.
Maintenant il suffit de faire 5m50 aux mondiaux à Moscou en qualif pour entrer en finale. C'est triste. Mais il ne faut pas oublier que seulement 4 ou 5 nations dans le monde ont une culture perche et y portent de l'intérêt.
 
Et où en est Angelica Bengtson que tu coachais jusqu'ici ?
 
Angelica est partie de mon groupe l'hiver dernier. Elle a eu plusieurs pépins physiques mais progresse quand même et a réalisé un très bon hiver 2015 avec son premier podium chez les seniors.
Elle traine toujours des problèmes physique mais a l'air d'avoir trouver un mode de fonctionnement qui lui convient.
C'est une bonne chose car elle a énormément de talent et j'espère qu'elle va réussir à l'exprimer au niveau mondial.
En plus une belle nouvelle génération de perchistes filles pointe son nez et peut relancer cette discipline.
 
changrui podium jeux asie
 
stage fuhzou2
 
visite thibaud louis
 
saut changrui jeux asie
 
 

Championnats de France de 10000 hommes à Saint Maur

Date de publication
Écrit par Ivan Moreau   
Catégorie : Actu
Note utilisateur:  / 1

L’événement était annoncé par le speaker, Hassan Chahdi venait pour remporter son 4e titre de champions de France en 2 mois …Il n’en a pas été aussi simple et l’homme en forme du mois de mars n’a pas pu satisfaire à cette attente.

saint maur 10000 2015

La course pour le titre : Guerfi offensif et récompensé

Parti d’emblée dans la foulée du lièvre Timothy Kiptoo, Riad Guerfi ne lâcha pas ses semelles durant les 8km emmenés par le Kenyan . Les bases de la course décidées à 28’45 furent tenues avec constance, avec rapidement des la moitié du 3e kilometre un trio Kiptoo –Guerfi- Chahdi accompagné du junior Julien Wanders  et du sociétaire du stade de Vanves Abdelguani Jemal .

Celui-ci lâchant prise des les 3200 mètres avant que le jeune franco-suisse ne baisse lui aussi pavillon avant la mi course (4400 mètres) , on croyait Chahdi bien calé derrière Guerfi pour assurer une deuxième partie de course plus offensive (un passage au 5e en 14’25’’).

Mais l’athlète isérois dut a son tour céder au tempo du lièvre au 5500 mètres avant de se faire rejoindre par Akaouch au 6600 puis d’abandonner peu après le 7e kilomètre. Un boulevard s’ouvrait alors pour Guerfi  après l’arrêt de Kiptoo au 8eatteint en 23’07’’mais, esseulé, le natif d’Epinay perdait néanmoins un peu de son allure pour finir en 29’09’’69( dernier 2000 en plus de 6’ )

La bataille pour le podium

De nombreux prétendants au podium ont fait au départ course commune en ne suivant pas le rythme du pacer. Parmi eux le polyvalent et champion de France du cross court Benjamin Choquert, le miler Guillaume Adam ou bien encore la valeur sure Medhi Akaouch pointaient le plus souvent aux avant poste de ce groupe.  Après un regroupement avec un 3e groupe parti plus lentement, on allait voir Akaouch se détacher peu après la mi-course pour engager une course affirmée en solo . Revenu sur Wanders au 5700 il reprenait aussi un Chahdi en perdition pour se positionner en 2eposition des championnats aux 6600 mètres

Jamais repris, il finit en 29’21’’16 pour un nouveau podium national à son actif.

Derrière, l’abandon de Chadhi au 7e kilometre relançait l’intérêt du groupe pour la conquête du dernier accessit . A ce petit jeu, un écrémage par l’arrière se fit progressivement pour ne laisser qu’un trio de prétendants après la baisse de régime de Guillaume Adam au 8e kilomètre. Trio composé de Benjamin Choquert, Romain Courcieres et Youssef Mekdafou .

Ce dernier parti au départ plus prudemment mais bien présent pour jouer son va tout en lança la première banderille à 500 mètres de l’arrivée.

Le contre de Courcières à la cloche fut fatal à Choquert et ce dernier duo se présenta pour un sprint acharné dans la dernière ligne droite. Mekdafou parti de derrière l’emporta finalement d’une courte avance en 29’23’’79 pour sa plus grande joie de venir ainsi compléter un podium 100% sequano dyonisien

Entretien avec Fodil Dehiba

Date de publication
Écrit par Ivan Moreau   
Catégorie : Actu
Note utilisateur:  / 10

Entretien avec Fodil Dehiba, entraîneur en demi-fond, qui nous parle de sa passion et de son engagement d'entraîneur spécialisé.  

Bonjour Fodil et merci pour cette opportunité d'interview. Tu as entraîné à haut niveau et  précisément  ta femme Hind, alors pour commencer , comment es tu venu concrètement  à l'entraînement ?

En premier lieu je tiens à vous remercier également pour m’avoir proposé cette interview. J’ai tout bonnement commencé à entraîner par hasard, un challenge s'est présenté à moi et je me suis dit  « OK, on essaie, mais on le fait à ma manière », parce que j’ai toujours essayé de comprendre et d’analyser les entraînements que mes entraîneurs me proposaient lorsque j’étais athlète. Il ne faut jamais oublier d’où l’on vient...

C'est à dire , quelles sont ces références ?

Je citerai avant tout deux noms, avec Christian Courtecuisse qui a eu une multitude d’Internationaux Jeunes et de grands spécialistes de cross. C’est lui qui m’a formé et amené à un titre de champion de France Espoir sur 10000m en 1997 . Plus tard lorsque je suis arrivé sur Paris c’est Nino Graziani qui a pris le relais en m'orientant sur des distances plus courtes (3000m en 8’07’’) et en m'initiant à la méthode Marocaine, lui-même ayant épousé comme moi une athlète Marocaine talentueuse (Zohra Khoulou). J'ai aussi en référence des éducateurs de l’athlétisme comme Philippe Foulquier ou Cécile Audineau (Prof de collèges). Ils m’ont appris la rigueur, le goût de l’effort…

Mais malgré ces bases je sentais qu'il me manquait quelque chose, une touche de complexité, d’insaisissable, de quasi mystérieux. Quelques choses que peu de gens peuvent comprendre sur l’entraînement. Et ces quelques choses je les ai découvertes auprès de Saïd Aouita (Champion Olympique et ancien Recordman du Monde du 1500m et 5000m) après l’avoir rencontré à Albuquerque (USA) en 2003 sur un stage en altitude. Pour schématiser cet ensemble j'aime dire que la construction d’un champion, c’est la construction d’une pyramide : mes entraîneurs m’ont appris à construire les fondations et la base, Saïd m’a appris comment aller jusqu’en haut sans que ça se casse la gueule. Et c'est grâce à ça que j'ai pu me lancer en tant qu'entraîneur.

C'est ce que tu as donc fait avec ta femme, Hind. A quelle occasion précisément ?

C'était en 2003 et j'étais encore athlète lorsque Hind a repris l’entraînement avec moi, après 5 ans d’arrêt ! Elle avait un palmarès jeune hors norme entre minime et junior et pratiquement tous les records Nationaux du Maroc. Bizarrement on a commencé par la fin, puisque je l’ai tout de suite aidée à se qualifier aux Jeux Olympiques d’Athènes en 2004. Ni elle ni moi n’étions préparés, on a appris dans le dur et il m’a fallu emmagasiner le maximum d’expérience tout de suite. J’ai du arrêter ma carrière de coureur alors et  me  consacrer à elle à 100%. Ca n’a pas toujours été facile, j’étais un jeune entraîneur(28 ans) et qualifier une athlète aux JO m’a appris comment fonctionne le système. Hind m’a permis d’apprendre et surtout de savoir coller les petits bouts, comprendre comment fonctionne le corps, en plus un corps féminin avec ses bouleversements hormonaux que nous les hommes ne pouvons pas comprendre a priori. J’ai toujours essayé les méthodes d’entraînements sur moi-même pour comprendre comment elle allait les supporter et les digérer, et à un moment j’ai compris qu’il fallait écouter mes intuitions, les laisser prendre le pas sur ce que j’avais appris , pour pouvoir me faire ma propre conception de l’entraînement.

Ifrane 2010-04-24 043

A quel moment situes tu cette prise de conscience . Rapidement en 2004 ou plus tard au fil de la carrière d'Hind ?

Je pense que je suis devenu un « vrai » entraîneur seulement en 2009, une fois que j’avais enfin compris comment fonctionnait la physiologie de l’entraînement, et sans avoir fait d’études à ce moment là bien sûr. Hind m’a permis de l’aider à  battre 3 records de France sur 1500m  (4’00’’49 en plein air à Rieti en 2005 et 4’05’’67 en salle à Moscou en  2006, puis 3’59’’76 à Paris en 2010) gagné les France Indoor 2004, 2005 et 2011 et les France Elites en 2005, 2006, 2009, 2011 et 2012, et une victoire sur 800m en 2009. Je n’oublie pas une médaille de Bronze au Championnat d’Europe Indoor de Madrid 2005, puis une autre d’Argent en plein air à  Barcelone en 2010.  Ma victoire préférée reste la Coupe Continentale en 2010 devant  2 Championnes Olympiques, celle de Pékin 2008 et Londres 2012. Malheureusement pour elle cette année là n’était pas une année Olympique... Elle a aussi été 2 fois 4éme des championnats du Monde Indoor en 2006 et 2012.Sans oublier un record personnel sur 800m de 1’58’63. Ca a été beaucoup de satisfactions qui ont aussi contribué à me faire prendre conscience de mon rôle d'entraîneur.

Est ce la seule expérience d'entraînement "sérieux" que tu as eu ?

Non , J’ai aussi conseillé d’autres athlètes, et certains ont fait les Jeux Olympiques ou d’autres compétition Internationales, mais jamais je n'étais leur entraîneur principal à temps complet, m'investissant pour cela exclusivement avec Hind. Souvent on me  contacte pour apporter une analyse sur une planification qui ne porte pas ses fruits. Je me considère comme pas trop mauvais pour coller des rustines, si on peut appeler ça comme ça, car j’essaie de proposer des choses après analyse pour redresser la barre.  J'ai l'exemple En 2008, d'Ali Sief qui voulait se qualifier une dernière fois aux JO de Pékin sur 5000m, j’ai essayé de l’aider, on était amis, le dialogue était différent qu’avec un autre athlète, il venait avec nous en stage et habitait près de chez nous sur Paris, c’était une autre approche et j’ai aimé cette simplicité dans notre relation. Parfois d'ailleurs il demandait un planning a Michel Disch et me demandait ensuite mon avis. Comme j’aime beaucoup l’homme et l’entraîneur qu’est Michel, j’ai acquis ainsi  grâce à Ali, une touche Disch , pour un entraînement cohérent et efficace . Au passage c'est aussi un moyen de se perfectionner dans l'entraînement que de composer  en prenant des choses de quelqu’un d’autre pour les  compléter avec ses propres acquis.

D'autres expériences intéressantes encore ?

Oui d'une certaine manière j’ai renouvelé cela  4 ans plus tard avec davantage de succès,  lorsqu’un autre ami étranger, Abdelaati Iguider, Champion du Monde Indoor sur 1500 m m’a demandé en 2012 de l’aider à trouver une solution car il était en mauvaise posture à deux mois des Jeux Olympique de Londres. Dans la même démarche je lui ai proposé d’alléger ses séances, de chercher plus de vitesse, de faire du travail tampon au lactique, de soigner plus la récupération et je suis même parvenu à lui faire tenter pour cela le sommeil en tente à Hypoxie 1 mois avant les JO. Il a cartonné aux JO (3e sur 1500m et 6e sur 5000m) et au delà de cette satisfaction, ça m’a aussi fait prendre conscience qu’il fallait que je cherche à me professionnaliser.

C'est à dire ?  plus précisément ?

J'ai commencé à m’orienter vers des études en Sciences du Sport. Tout ce que j’avais appris en plus de 10 ans ne peut pas être jeté à la poubelle, mais il me fallait des diplômes sérieux et reconnus pour commencer à transmettre aux entraîneurs demandeurs, mes expériences.  J’ai donc obtenue un Diplôme Universitaire Européen de Préparateur Physique à l’Université LYON 1 et je vais prochainement me lancer sur un autre diplôme.

Plus généralement aujourd'hui comment te situes tu dans l'entraînement ? Seulement dans la quête d'excellence auprès d'athlètes d'exception comme Hind ou ouverts à d'autres niveaux de pratiques ?

Je n’ai pas entraîné que du Haut Niveau car j’ai été pendant longtemps moniteur de sport chez les Sapeurs Pompiers de Paris où j’avais la responsabilité de plus de 1600 hommes et femmes chaque année : je devais les préparer pour les challenges de Cross Pompiers et Militaires. J’ai entraîné de nombreux collègues pour préparer le marathon de Paris, les trails ou les Championnats du Monde Pompier. J’ai touché à tout, ça m’a permis de garder un équilibre et de transmettre aux autres ce que j’avais appris au contact d'Hind.  

Tu as évoqué tout a l'heure ton DUEPP de préparateur physique . Comment cela se positionne t'il par rapport à ton vécu d'entraîneur de demi-fond ? Quelles sont les adhérences entre une préparation physique dédiée et le travail classique du demi-fondeur  selon toi?

Lorsque je me suis présenté au DUEPP, j’avais  le sentiment d’avoir beaucoup de choses encore à apprendre  dans le domaine de la musculation et de la pliométrie. J’étais convaincu que c’était mon point faible car les autres entraîneurs Français me semblaient excellents sur ces points, alors qu'a contrario ils m'apparaissent plus « soft » sur le travail à allure spécifique. Ma première constatation fut de constater que j’avais tort de m’inquiéter . Ce Diplôme m’a conforté sur ma pratique et mes expériences d’entraîneur. Mais ma plus grande surprise, ça a été de constater que beaucoup de choses que j’avais lues dans des bouquins d'entraînement des années 1980 ou 1990 étaient fausses car la science avait pu apporter des réponses dans des domaines où tout le monde croyait être dans le vrai sans que cela ne soit vraiment acquis sur le terrain

Est ce que cela veux dire que tu remets en doute des études scientifiques poussées ou c'est plus subtil que cela ?

Disons que j’ai  fait une mise à jour de mes connaissances et j’ai compris que j’avais eu raison de faire confiance à mon intuition lorsque les choses compliquées arrivaient dans la pratique à l’entraînement . Bien sûr concernant la physiologie et les substrats énergétiques, ces études nous ont appris des choses précieuses qui nous aident à comprendre les directions à suivre dans l'entraînement. Mais  ce que j'ai apprécié à travers ce parcours, ça a été de comprendre des choses sur le terrain sans avoir les bagages scientifiques ,  d'obtenir des résultats et ensuite de retourner sur les bancs de la Fac pour constater que cette compréhension avait été juste. Après grâce à ce DUEPP, j’ai pu apprendre et me perfectionner sur de nombreuses choses , sur des méthodes alternatives de l’entraînement en musculation par exemple, en utilisant d’autres outils que ceux que j’avais pris l’habitude d’utiliser depuis des années. Il est important de proposer des nouveautés à l'entraînement, pour éviter la monotonie ,et surtout en musculation avec d’autres techniques toutes aussi efficaces et souvent moins traumatisantes en employant par exemple  un matériel plus adapté aux jeunes.  Le DUEPP m’a aussi obligé a me poser et à réfléchir comment améliorer l’organisation de l’entraînement, à prendre du recul et à regarder ailleurs dans les autres sports ce que je pouvais transférer à l’athlétisme et faire même l’inverse avec les collègues du Football, du Handball et du Rugby. J'ai pu ainsi élaborer. Une trame de circuit training planifié sur l’année, avec son évolution au fil de la saison et des phases de développements. Je ne l'avais jamais trouvé nulle part et  j’ai fait quelque chose de simple , en pratique sur environ 60 séances et allant de la reprise de l’entraînement jusqu’aux séances Spécifiques et Lactiques finales situées environ 2 semaines avant la compétition cible .

Est ce à dire que ce plan peut constituer selon toi une trame possible dans la structure d'une planification de demi fondeur ?

Bien sur ce plan ne fait pas tout, et je vous le propose en lecture pour le site  ICI.

Mais il dépend de ce que l’entraîneur va incorporer dans la partie course à pied à coté. Ce plan peut ainsi aider à construire plus efficacement  la planification pour préparer le 800 et surtout le 1500m. Comment alors l’intégrer, le planifier, y intégrer les grosses séances foncières  et les séances spécifiques ou l’adapter aux jeunes pour en tirer les plus grands bénéfices, c'est là que le travail sur le terrain de l'entraîneur prend tout sons sens .

En plus de cela j'ai pu aussi revisiter tout ce que les stages en altitude m’avaient apporté, car c’est peut être le domaine dans lequel je pense être le plus à l’aise. Je passe 6 mois en altitude par an depuis 15 ans (un peu moins depuis deux ans, je suis papa depuis), et je pense maîtriser le sujet . Là aussi la science m’a apporté des réponses lors de ce DUEPP sur des choses que je savais mais que je ne m’expliquais pas scientifiquement.

Encore une fois on pourrait me dire que j'ai fait les choses à l’envers, mais j’ai toujours plus écouté les coachs de terrains avant d’écouter ceux des labos

Oui mais comment vois tu cela pour un jeune entraîneur aujourd'hui ?

Nous avons en France un très bon système de formation d'entraîneurs mis en place par la structure fédérale. J'en suis convaincu. Pour la base et le développement des jeunes, la fédération a construit des formations et des outils très intéressants, en oeuvrant avec des entraîneurs et éducateurs reconnus. Mais en matière de demi-fond il y a encore un problème dans la transmission du savoir pour l’accès à Haut niveau. Il y a peu de communication selon moi, peut être a cause de problèmes d’ego ou tout simplement par peur d’ouvrir des possibilités à de jeunes entraîneurs, voire de leur piquer leur athlète un peu plus tard. Il ne faut pas se mentir et ne pas être hypocrite. C’est pour cela que je n’ai jamais fermé la porte à un entraîneur qui me sollicitait pour des conseils.  Saïd Aouita a toujours décroché son téléphone à mes débuts d’entraîneur pour répondre à mes questions, qui étaient en plus parfois stupides ou du moins basiques pour lui. Il m’a expliqué sa conception du développement aérobie et de la puissance-vitesse. Il m’a même montré des exercices de Musculation avec Médecine Ball que je n’ai jamais vu ailleurs depuis. Tous ses conseils, je les transmet maintenant aux Jeunes. Lorsque mon ami Zouhir Foughali me demande d’initier Alexandre Saddedine (Champion de France junior de Cross, récent vice champion de France Senior de cross court ) et Bilal Abdelmouni (champion de France Junior 1500m) à leurs premières séances de musculation,  il me permet de transmettre à la future génération de champion quelques choses qu’ils garderont toute leur vie.

Cet échange entre entraîneurs te semble important et renvoie à ta propre expérience mais comment la conçois tu alors entre entraîneurs  dans le contexte du demi fond français actuel ?

C'est une bonne question. Je me reconnais par exemple beaucoup en Zouhir Foughali car nous avons gagné des médailles pour la France, et nous n’étions pas diplômés. L’athlétisme est notre vie et notre conception de l’entraînement à une influence Marocaine (alors que nous sommes d’origine Algérienne tous les deux d'ailleurs). Mais le concernant par exemple , alors qu'il aura formé et gagné une médaille d’Argent Olympique avec Mahiedine Mekhissi, il n'a jamais été sollicité pour encadrer un stage Fédéral jeune ou  été encouragé a suivre des formations pour l’amener a se professionnaliser. C'’est incompréhensible. On a clairement là un exemple du problème de la transmission des connaissances en France et je me sens moi aussi concerné à titre personnel même si mon franc parler ne m'a sans doute pas toujours servi pour cela ...

Si on avait eu les mêmes résultats dans un autre pays, on nous aurait aidés à monter des structures et encourager à encadrer sur des stages les jeunes ou à transmettre nos expériences auprès des autres entraîneurs …

Plus d'articles...

  1. Benjamin Malaty : "pour 2015 je continuerai sur mes bonnes habitudes"
  2. Meeting du MNEL 2014, le demi-fond dans tous ses "états"
  3. Vidéos du 1500m des Jeux de la Francophonie
  4. Crêtes du Soulor : Emmanuel Meyssat confirme sa grande forme
  5. Deux jours au coeur des Jeux Olympiques de Londres
  6. David Rudisha dans la légende
  7. Samedi 4 août 2012 – Kenenisa Bekele à 10 000 mètres de la légende
  8. Vendredi 3 août 2012 – Une épreuve de poids pour lancer l’athlétisme à Londres
  9. Prefontaine Classic 2015 (DL) : une édition hors normes
  10. Meeting Areva 2013 : un grand cru
  11. Yohan Blake affole le chrono : 9’’69
  12. Meeting de Lausanne : le sprint à la fête !
  13. Meeting de Lausanne : dernière ligne droite de folie sur le 1500m
  14. Les temps demandés aux lièvres ce soir à Lausanne
  15. 19 champions olympiques au meeting de Lausanne
  16. Meeting Herculis de Monaco : les Américains et les Kenyans déjà en forme olympique !
  17. Aries Merritt en favoris pour Londres : 12''93 réédités ce soir à Monaco
  18. Meeting de Monaco : Asbel Kiprop impérial en 3'28'88 !
  19. Meeting Monaco : les rythmes demandés aux lièvres
  20. Les athlètes en forme olympique à Monaco ?
  21. Coup d'envoi de la Diamond League 2012 vendredi à Doha !
  22. Le duel Bolt Bekele sur 600m le 26 août 2012 !
  23. L’Épopée russe : le film de l’équipe de France
  24. Commentez les photos marquantes de ces mondiaux de Moscou
  25. 400 mètres haies : Présentation des finales
  26. Une finale du 800 mètres plus ouverte que jamais
  27. Finale de la perche hommes: Tintin au pays des soviets
  28. Perche Feminine : Clap de fin pour la tsarine
  29. Les championnats du monde d’athlétisme de Moscou, demandez le programme !
  30. Présentation des meilleurs atouts français aux mondiaux de Moscou
  31. Un 14 juillet bleu blanc rouge au mondiaux junior de Barcelone
  32. Tour d'horizon de la sélection française aux championnats du monde junior
  33. Les mondiaux en salle d'Istanbul, une belle réussite !
  34. Une sélection française resserrée pour les mondiaux d'Istanbul
  35. Meilleurs voeux 2015, en photos !
  36. La France absente des épreuves d’athlétisme aux Universiades
  37. L'ultime prouesse de Marion Joly-Testault
  38. Live : Le meeting international indoor de Birmingham toujours aussi attendu !
  39. Usain Bolt et Allyson Felix athlètes de l'année 2012
  40. Un week-end riche en performances
  41. Salim Sdiri, le coup de Javelot dans le dos
  42. Des trombes de performances à l'Aviva Grand Prix de Birmingham
  43. Les amoureux de l'athlé avaient rendez-vous à Liévin
  44. INSA Perch'formance 2012 - Holly Bleasdale s'envole à 4,87m !
  45. Du spectacle en prévision au Meeting National de l’Est Lyonnais
  46. Le demi-fond à la fête au meeting de l’Est-Lyonnais
  47. Le meeting indoor de Bordeaux en demi-teinte
  48. Capitale Perche 2013 : Les minimas européens pour Renaud Lavillenie, Eloyse Lesueur et Dimitri Bascou
  49. La Course de l'Escalade, un évènement à ne pas manquer !
  50. Inauguration de la Halle Stéphane Diagana à Lyon