Culture Athle lance l'application mobile RunMotion pour que tu atteignes tes objectifs running !



Écrit par Culture Athle   
Catégorie : Athletisme
Date de publication
Note utilisateur:  / 1
MauvaisTrès bien 

L’été dernier, vous avez été très nombreux à adorer les articles plein d’humour athlétique de notre rédactrice mystère : la Geek Athle Attitude, l’Amour est dans le stade et l’Athléticotest. Pour notre plus grand plaisir, elle a repris sa plus belle plume pour une nouvelle série d’articles toujours aussi détonnants.

AdopteUnAthlète.com

Vous êtes athlète et cherchez quelqu’un pour partager votre passion dans votre vie quotidienne ? Trouvez l’âme sœur grâce à notre communauté AdopteUnAthlète.com ! Nous sommes là pour vous aider à faire de nouvelles rencontres grâce à notre tout dernier réseau social. Attention toutefois – se référer à l’article l’Amour est dans le Stade – à la théorie de la hiérarchie et tout le bazar. Le concept est simple : mettez un short fendu, enfilez un T-shirt anti-transpirant, sautez dans une paire de Mizuno, prenez vos clés, ouvrez votre porte et foncez au parc ! Au supermarché des rencontres, vous allez faire de bonnes affaires. Les plus de notre système : la boutique est ouverte tous les jours, la livraison est rapide, la mise en panier est illimitée et il y a des nouveautés tous les jours !

Description de la marchandise.

Les parcs publics regorgent d’athlètes et offrent ainsi de réelles possibilités de rencontres. Etant donné que ce n’est pas un lieu dédié à la compétition mais à l’entraînement, l’athlète y est naturellement plus détendu, et il n’est pas rare qu’il bavarde avec des inconnu(e)s qu’il croise à tout hasard.

Cependant, l’athlète qui évolue dans le parc a tendance, comme les caméléons, à se fondre dans le décor. Il est donc difficile à repérer au premier abord. Il faut effectivement avoir l’œil averti et un bon niveau de geek-athlé-attitude. Voilà comment dégoter – à coup sûr – la perle rare au milieu de la multitude :

Tout d’abord, il court au parc quotidiennement, quelque soit le temps.

Continuons, car il ne faut pas s’arrêter à cet infime détail.

Ensuite, il va vite, tout en parlant en même temps. Il est également doté d’une superbe foulée.

Il maîtrise l’art du crachat en courant à la perfection.
(Dégueu quand on est à côté et qu’il y a du vent)

Mais aussi l’art de se moucher sans mouchoir.
(Une chose qui me fascinera toujours)

Il y a de fortes probabilités pour qu’il ait une grosse mon-montre qui bip-bip.
Nota bene : il la check en moyenne 100 fois à l’infini.

Parfois, il fait une chose bizarre : il accélère, ralentit, puis recommence.

Il a un faible pour les habits moulants : collant et pull moulants en hiver, T-shirt et micro-short moulant en été.
(Au moins, on est fixé sur la marchandise)

Comment se fondre dans la masse.

Une chose très importante au parc est de respecter les règles tacites et autres codes secrets que les athlètes utilisent. L’idée est de se fondre dans la masse pour pouvoir attaquer plus efficacement. (Je sais : vous me vénérez.) Voici donc une liste des choses à faire et ne pas faire :

Il est d’usage de saluer poliment les habitués du parc que vous croisez fréquemment.

De même, il est bien vu d’échanger quelques paroles aimables avec le mythe du parc. Car le mythe est l’emblème vivant du parc et on lui doit respect et admiration.

Pour les incultes, le mythe du parc est un individu qui, quelque soit l’heure du jour ou de la nuit où vous allez courir, est là. Cette personnalité hors du commun est pourvue d’un signe distinctif unique, une certaine façon de courir ou n’importe quoi de bizarre.

Il est également préférable de courir dans le même sens que les autres. Vraiment.

Il est entendu que vous ne suivrez pas une personne qui vous double si vous n’avez pas le niveau, même si cela vous blesse au plus profond de votre orgueil.

Ceci est surtout valable pour les hommes qui se vexent lorsqu’ils se font doubler par une fille (comme moi). Messieurs, il existe sur cette Terre des personnes qui s’entraînent sérieusement, et il se trouve que parfois, ces individus sont des filles. Ne les collez pas comme des sangsues, s’il vous plaît ! Ce comportement est extrêmement embarrassant et puéril.

 

 

A l’abordage !

Une fois que vous avez repéré votre cible et que vous êtes parfaitement intégré au paysage du parc, il ne vous reste plus qu’à engager la conversation. Quelques petites astuces pour cet abordage hors du commun : flirter en courant, c’est tout un art ! Ne me remerciez pas, c’est tout naturel.

Pour les girls :
- Aller vite pour impressionner la cible (ce n’est pas donné à tout le monde, je sais)
- Si vous êtes dans l’incapacité de remplir la condition précédente, compensez en courant en brassière et micro-short.
- Essayez de parler si vous le pouvez.
- Sinon, souriez.

Pour les mâles :
- Respecter l’allure de la cible.
- Faites la conversation, essayez d’être intéressant. Si elle n’interagit pas, checkez si elle est rouge.
- Montrez lui vos abdos. Non, je déconne.
- Montrez lui vos pectoraux.
- Vendez-lui du rêve avec votre corps !
Attention ! A proscrire si vous tenez à conserver vos chances :

Ne faites pas tinter vos clés. Sauf si vous êtes vraiment en détresse affective et que vous envoyez un SOS.
Ne traînez pas des pieds. C’est tue-l’amour !
De même, ne respirez pas bruyamment comme un phoque.
Ne courez pas avec de la musique. Ni avec un sac d’ailleurs.

 

 

La seule façon d'être suivi, c'est de courir plus vite que les autres.

Pourquoi y a-t-il toujours des lumières qui ne marchent pas dans les parcs ? Pourquoi ? Non, je n’ai pas envie de mettre une loupiote sur le front qui donne une tête de moche ! Ce n’est pas styley, comprenez-vous ?

Je tiens à remercier toutes les personnes qui m’ont inspirée pour cet article. A celles qui ont régulièrement un mot d’encouragement à communiquer. A celles que je double. A celles qui, intriguées, m’ont arrêtée pour savoir après quoi je courais. A toutes ces rencontres fortuites.

Merci infiniment au mythe au T-shirt orange, ainsi qu’à celui qui fait ses fartleck à l’envers et déboule toujours à fond. On est tous dans le même bain ! Merci également aux gardiens de fermer le parc aussi tôt en hiver. L’escalade est devenue mon second hobby – mais bon ce n’est pas grave, ça fait les abdos !

J’aime mon parc.

Bisous partout !  

PS : mise en ligne du site fort probablement fin août.