Écrit par Alexandre Chaptal   
Catégorie : Folie athlétique
Date de publication
Note utilisateur:  / 13
MauvaisTrès bien 

Choisir sa bonne paire de chaussure pour une course sur piste, mais aussi pour une course sur route, sur 5km, 10km jusqu’au marathon, cela semble important. Inévitable même pourrait-on dire. Imagineriez-vous prendre le départ d’une course sur route pieds nus ? Alors d’un marathon…

Pourtant, il y a un peu plus de 50 ans de cela, un athlète s’est élancé pied nus sur 42,195km et pas pour une course de village, non ! Pour les Jeux Olympiques ! Ceux de Rome en 1960.

Son nom ? Abebe Bikila. Coureur Ethiopien né en 1932 à Jato. Il prend le départ du marathon olympique pieds nus devant les regards gênés et les sourires narquois du public, des experts et même parfois des autres coureurs.

La légende veut que sur place Bikila eut essayé plusieurs paires de chaussures mais qu’aucune ne lui convenait, certaines lui donnant même des ampoules. 

Avant le départ, plusieurs noms sont cités mais pas celui d’Abebe Bikila, crédité d’un chrono jugé irréalisable par les spécialistes tant son chrono de référence paraissaient démentiel (2h21 à son actif, en altitude).

 

Le départ est donné et dès les premiers kilomètres un groupe se détache dans lequel se situe l’éthiopien et le favoris de l’épreuve, le marocain Rhadi Ben Abdesselam. Les deux ne se quitteront plus jusqu’au 41ème kilomètre, lieu qu’a choisi le premier nommé pour porter son attaque. Un lieu qui ne doit rien au hasard. En effet, c’est l’endroit où est situé l’obélisque d’Axe, ramenée d’Ethiopie par les troupes Italiennes lors de l’assaut donnée par Mussolini 25ans auparavant.

 

Bikila franchira la ligne d’arrivée en vainqueur, pieds nus, avec un record du Monde à la clef (2h15’16 soit 8’ de mieux que… Emile Zatopek) et en entrant dans l’histoire comme étant le premier africain noir à remporter une médaille olympique. Un marathon lourd de signification !

Après la course, il dira très modestement «  Dans la Garde Impériale, il y’a beaucoup d’autres coureurs qui auraient pu gagner à ma place » avant d’ajouter « Je voulais montrer au Monde que mon pays, l’Ethiopie, a toujours gagné avec détermination et héroïsme » !

Abebe Bikila s’entrainait toujours pieds nus et s’est ainsi formée une épaisse couche cornue sous sa voûte plantaire. Courir pied nu ne lui était donc pas plus douloureux que de courir avec des chaussures.

 

Quatre ans plus tard, la légende continue. Il se fera opéré d’une appendicite aigue 35 jours avant de remporter le marathon Olympique de Tokyo (2h12’11), cette fois-ci avec une paire de chaussure aux pieds. 

Il mourut le 25 Octobre 1973 à Addis-Abeba en laissant une grande trace dans l’histoire de la course africaine et mondiale.

 

Une histoire à prendre son pied !!! ^^

 

Vidéo de son exploit

Vous aimerez aussi