Écrit par Culture Athle   
Catégorie : Championnats du monde
Date de publication
Note utilisateur:  / 1
MauvaisTrès bien 

Les championnats du monde d’athlétisme débutent samedi pour 8 jours de compétitions où près de 2000 athlètes venus de 206 pays s’affronteront, un record ! La délégation française a dévoilé un jeu complet de 52 athlètes, l’occasion de passer en revue les plus belles cartes de l’équipe de France en Russie.

Des rois en quête de nouveaux royaumes

Nos quatre rois ont tous dominé l’Europe un jour, le monde en hiver voire même l'Olympe pour Renaud. Nos quatre souverains n'ont toutefois jamais imposé leur hégémonie sur le monde en été, il s'agit donc d'un nouveau territoire à conquérir !

Renaud Lavillenie

Champion olympique du saut à la perche l’an passé à Londres, il ne manque à Renaud Lavillenie plus que le titre de champion du monde en plein air pour étendre son royaume à la perche tout entière. Jugez plutôt, il vient à Moscou avec la couronne de champion olympique, de champion du monde en salle et de champion d’Europe en salle et en plein air. Qui plus est, Renaud arrive bien armé en Russie avec ses 6m02 et ses 6 sauts à plus de 5m92 cette année. Ses trois poursuivants, les Allemands Raphael Holzdeppe (5m91), Björn Otto (5m90) et Malte Mohr (5m86) pourront se prévaloir d’une supériorité numérique et tenteront de faire vaciller le roi Renaud. Mais le français pourra aussi compter sur la présence de son frère Valentin, successeur de la lignée Lavillenie, auteur d’un saut à 5m65 cette année.

Le 3000m steeple est une propriété inaliénable des coureurs kenyans depuis 1991 et un certain Moses Kiptanui ! Ezekiel Kemboi en est le dernier souverain, sacré double champion olympique et double champion du monde en titre. Mais Mahiedine Mekhissi-Benabbad, après sa deuxième place à Londres l’an passé, se verrait bien monter sur la plus haute marche du podium et contester l’hégémonie kenyane après son record d’Europe en 8’00’’09, acquis il y a tout juste un mois à Paris derrière un certain… Ezekiel Kemboi ! Rêvons même d’un match France – Kenya en finale puisque Yoann Kowal et Nouredine Smail, avec respectivement 8’12’’53 et 8’15’’89, sont placés dans le top 12 mondial à 3 par pays.

Quoi de plus beau qu’une bataille qui se gagne à quatre ! Le relais 4x100m conserve toujours une part aléatoire et les quatre mousquetaires français s’en sont parfois très bien tiré comme lors de leur victoire en 2005 ou de leur seconde place à Daegu en 2011. Les français arrivent même certainement plus fort qu’à Daegu d’un point de vue individuel. En effet Jimmy Vicaut est descendu pour la première fois de sa jeune carrière sous les 10 secondes lors des championnats de France le 13 juillet à Paris (9’’95 en série et en finale), ce qui le place à la cinquième place des engagés sur la ligne droite après les contrôles positifs d’Asafa Powell et Tyson Gay. Christophe Lemaitre courra, comme Jimmy, sur le 100 et le 200m et c’est sur cette deuxième distance qu’il possède les meilleures chances de podium, avec ces 20’’07 cette année et ne l’oublions pas sa médaille de bronze à Daegu. En véritable compétiteur, Christophe Lemaître aura à cœur de briller lors de ces championnats !

Teddy Tamgho est de retour ! Après avoir été éloigné des pistes pendant 20 mois suite à une blessure à la cheville, le Français n’était pas prêt d’abdiquer ! Il veut même retrouver au plus vite les joies d’un podium international. Justement, ses derniers championnats internationaux s’étaient soldés par un titre européen et un record du monde en salle (17m92), chez lui dans son Palais Omnisport à Paris-Bercy en 2011. Le Francilien a sauté cette année à 17m47 (troisième meilleure performance mondiale de l’année au triple saut) ce qui fait de lui un prétendant au trône ! Et ce sera le redoutable Américain Christiane Taylor qu’il faudra faire vaciller, le champion olympique et champion du monde sortant. Un autre français sera à surveiller de près en la personne de Yoann Rapinier (17m45).

Les dames en quête d’une couronne

Les quatre dames les plus en vue viennent chacune d’un royaume différent : celui des courses, des sauts, des lancers et des épreuves combinées !

Mélina Robert-Michon

Mélina Robert Michon est l’une des athlètes les plus expérimentées de la sélection française, puisqu’elle compte déjà 40 sélections en Equipe de France. 2013 sera peut-être son année ! Cinquième des JO de Londres avec 63m98, la Lyonnaise a lancé quasiment aussi loin cette saison : 63m75. Finaliste à 3 reprises dans les championnats planétaires, elle se verrait bien franchir un palier supplémentaire !

Cindy Billaud fait figure d’exception dans le 100m haies puisqu’elle est la seule non-américaine dans les 9 premières places au bilan mondial ! Avec ses 12’’59 réalisés lors des championnats de France le 13 juillet, elle peut prétendre à une finale mondiale et voire même à une médaille. Pour accéder au podium, il faudra très certainement battre le record de France de Monique Éwanjé-Épée (12’’56) car avec la jeune Brianna Rollins qui a couru cette année dans le chrono stratosphérique de 12’’26 et la championne olympique en titre Sally Pearson, de retour de blessure avec 12’’65, la concurrence sera rude !

La sixième place d’Antoinette Nana Djimou lors des Jeux Olympiques de Londres montre qu’elle a les capacités de réaliser une bonne performance à Moscou, surtout après le forfait de Jessica Ennis championne olympique de l’heptathlon ! Antoinette n’a certes battu aucun de ses records personnels en plein air cette année mais la championne d’Europe en titre a les moyens d’aller chercher une médaille.

La championne d’Europe en titre du saut en longueur, Éloyse Lesueur, pourrait créer la surprise dans une discipline parfois aléatoire, la victoire à Daegu se jouant par exemple à 6m82 en 2011. Une marque à sa portée puisque la Française a amélioré le record de France à 6m90 cet hiver en salle et a sauté à 6m78 cet été. La double championne du monde en titre et la championne olympique à Londres, Brittney Reese, sera quand même dur à aller chercher, en témoigne son record personnel porté à 7m25 cette année.

Les jeunes valets seront-ils maîtres à l’atout ?

A la belote, le valet peut chambouler la hiérarchie à tout instant, encore faut-il être à l’atout. C’est bien ce que tenteront de faire nos jeunes espoirs tricolores dotés d’un mental d’acier !

Pierre-Ambroise BossePierre-Ambroise Bosse a déjà franchi un cap cette année après ses 3 podiums sur 800m en Diamond League à Rome, Lausanne et Monaco. C’est justement sur le Rocher qu’il a réalisé le meilleur chrono de sa jeune carrière : 1’43’’76, soit la cinquième place au bilan mondial, proche de l’Américain Duane Solomone leader avec ses 1’43’’27.  Mais PAB ne veut pas bruler les étapes et pense déjà à passer en finale, un objectif largement à sa portée puisque dans l’histoire des championnats du monde, les demi-finales les plus relevées avaient vu le premier non qualifié en finale réaliser 1’44’’90, en 2005. Un chrono qu’il a réalisé à 5 reprises cette année.

Aucun athlète n’a couru sous les 13 secondes sur 110m haies cette année. Aries Merritt lui qui avait « claqué » 12’’80 après les Jeux Olympiques de Londres, record du monde battu de 7 centièmes (!), est resté à 13’’09 cette saison au meeting de Paris. Le jeune français Pascal Martinot-Lagarde a impressionné une nouvelle fois, après son podium aux championnats du monde sur 60m haies en 2012, en terminant juste derrière Aries Merritt à Paris, en 13’’12 ce qui le place à la 6ème place au bilan mondial. PML pourrait bien tirer son épingle du jeu et retrouvera son frère aîné Thomas, lui aussi qualifié sur 110m haies avec 13’’26.

Champion du monde cadet et junior aux épreuves combinées, le Décathlète Kevin Mayer aura à cœur d’effacer la désillusion des Jeux Olympiques de Londres où il avait terminé à la quinzième place. Avec 8390 points cette année, il se place à la quatrième place du bilan mondial et a battu cette année ses records personnels sur 100m (11’’04), au saut en longueur (7m63), au lancer de poids (14m95) et au lancer de disque (44m89). De bon augure !

Sur 1500m, ils seront deux jeunes français dans le sillage de l’expérimenté Bob Tahri qui pour sa huitième participation aux championnats du monde - un record pour un français qu'il détenait conjointement avec Stéphane Diagana et Denis Langlois jusqu'à présent - découvrira les joies des 3 tours ¾ en grand championnat. Bob Tahri avec 3’32’’73, huitième chrono des engagés, mais aussi les jeunes Florian Carvalho et Simon Denissel auteurs respectivement de 3’33’’47 et 3’34’’54 au meeting de Paris, tenteront pleinement leurs chances. Le Nordiste Simon Denissel était monté sur le podium des championnats d’Europe en salle cet hiver grâce à sa capacité d’accélération fulgurante, un atout en championnat ! Le Kenyan Asbel Kiprop, seul coureur en moins de 3’30 à Moscou (3’27’’72), semble bien parti pour conserver sa couronne mondiale.

Les deux jokers

Les quatre rois, les quatre dames et les quatre valets déjà joués, ils restent encore deux jokers à sortir !

Yohann Diniz détient la meilleure performance mondiale de l’année du 50km marche avec 3h41’07 mais les Russes seront les grands favoris à domicile avec en chef de file le champion olympique de Londres Sergey Kirdyapkin. Néanmoins, le Rémois a l’expérience des grands championnats avec ses deux titres européens et sa médaille d’argent à Osaka en 2007. Sa disqualification à Londres pour un ravitaillement hors-zone sera surement un motif de motivation supplémentaire ! Alors ne soyez pas surpris si notre joker fait couler le champagne sur le podium moscovite.

Mickaël Hanany est cette saison tout proche de son record personnel (2m32) en ayant sauté à 2m31 lors des championnats de France à Paris, soit la septième meilleure performance mondiale de l’année au saut en hauteur. A Londres il fallait sauter à 2m29 pour monter sur le podium alors pourquoi pas ! Cette année, c’est néanmoins monté très très haut avec l’Ukrainien Bohdan Bondarenko (2m41) et le Qatari Mutaz Essa Barshim (2m40). Le champion olympique russe Ivan Ukhov, auteur seulement de 2m30 cette année, sera aussi très attendu à domicile. Un concours explosif à ne manquer sous aucun prétexte !

Dévoilons maintenant les 52 cartes françaises, faites vos jeux !

HOMMES
100m : Christophe Lemaitre, Jimmy Vicaut
200m : Christophe Lemaitre, Jimmy Vicaut
800m : Pierre-Ambroise Bosse
1 500m : Florian Carvalho, Simon Denissel, Bouabdellah Tahri
Marathon : Benjamin Malaty
110m haies : Pascal Martinot-Lagarde, Thomas Martinot-Lagarde
400m haies : Yoann Decimus, Mickael François
3 000m steeple : Yoann Kowal, Mahiedine Mekhissi, Nouredine Smail
Hauteur : Mickaël Hanany
Perche : Renaud Lavillenie, Valentin Lavillenie
Longueur : Salim Sdiri
Triple saut : Teddy Tamgho, Yoann Rapinier, Gaetan Saku Bafuanga
Marteau : Quentin Bigot
Décathlon : Kevin Mayer, Gael Querin
20km marche : Kevin Campion, Bertrand Moulinet
50km marche : Yohann Diniz
4×100m : Christophe Lemaitre, Jimmy Vicaut, Emmanuel Biron, Arnaud Rémy, David Alerte, Mickael-Meba Zeze

FEMMES
100m : Stella Akakpo, Myriam Soumaré
200m : Johanna Danois, Lenora Guion Firmin, Myriam Soumaré
400m : Marie Gayot, Floria Guei
5 000m : Sophie Duarte
10 000m : Christelle Daunay
Marathon : Carmen Oliveras
100m haies : Cindy Billaud, Alice Decaux, Reina-Flor Okori
Longueur : Eloyse Lesueur
Perche : Marion Lotout
Disque : Mélina Robert-Michon
Heptathlon : Antoinette Nana Djimou
4×100m : Stella Akakpo, Johanna Danois, Celine Distel-Bonnet, Emilie Gaydu, Ayodele Ikuesan, Myriam Soumaré
4×400m : Phara Anacharsis, Marie Gayot, Floria Guei, Lenora Guion-Firmin, Muriel Hurtis

Vous aimerez aussi