Créé le vendredi 17 août 2012 23:29
Écrit par Ivan Moreau   
Catégorie : Interviews
Date de publication
Note utilisateur:  / 3
MauvaisTrès bien 

Valentine Huzé, sélectionnée aux championnats du monde junior de Barcelone sur 400m haies et licenciée au SPN Vernon, est entrainée par David Grard depuis 2006.
Nouvelle rencontre pour Culture Athlé avec un entraineur d'athlète en devenir.

<spanstyle="color: 000000="" font-size:="" 12pt="">
photo dg

 

Bonjour David, tu entraines Valentine au club de Vernon depuis 2006 je crois. Quel est ton parcours d’entraineur jusqu’ici ? Et pourquoi le 400 m haies ?

J’entraine au club de Vernon depuis 1994.
D’abord en école d’athlétisme en parallèle de ma pratique de ½ fondeur , puis en demi-fond toujours en pratiquant également avant de me voir proposer un emploi par le club pour gérer l’administratif et la coordination du club tout en entrainant des athlètes de niveaux différents.
Mon évolution est ainsi parallèle à celle du club de Vernon qui a accédé l’an passé au niveau N1C aux interclubs et compte dans ses effectifs des athlètes de qualités pour la plupart formés au club, Mamoudou – Elimane Hanne, arrivé cette saison ou Antoine Nabialek arrivé la saison dernière étant les exceptions qui confirment la règle.
Dans cette logique je suis surtout un entraineur polyvalent dans le domaine des courses et la rencontre avec Valentine, dont les qualités pour aller vers cette épreuve m’ont paru évidentes, m’a naturellement amené à progresser dans l’approche du 400 m haies sans délaisser pour autant les autres distances.

Tu évoques ton parcours avec le club de Vernon et ton emploi dans ce club. C’est en prolongement d’études STAPS que tu as pu envisager cette possibilité ?

Non pas du tout. J’ai en réalité une formation en lettres modernes et je ne me projetais pas au départ vers une activité professionnelle en rapport avec le sport. C’est dans le cadre de mon service militaire civil que l’opportunité de servir mon club s’est présentée avec la participation de la municipalité de Vernon.
Même si mon statut me permet d’en vivre c’est avant tout le gout d’entrainer qui me conduit aujourd’hui à passer beaucoup de temps sur les stades en étant conscient de la chance de pouvoir allier passion et activité professionnelle, si accaparante puisse – t’elle être parfois. 

Tu te considèrerais donc plutôt comme un entraineur de club qu’un entraineur d’athlète … ?

Oui en grande partie, mais en réalité je ne m’identifie pas ainsi mais davantage dans ce que Jacques Piasenta décrivait à travers les concepts d’entraineur repreneur (ceux qui entrainent des athlètes confirmés venant à eux) et d’entraineur formateur qui me correspond davantage. Apres le terme d’entraineur de club ne me déplait pas non plus en ce sens que je ne conçois pas entrainer d’athlètes régulièrement s’ils ne font pas partie du club avec l’engagement que ça signifie vis-à-vis du club.

Vaste sujet, car la notion de club formateur s’oppose bien à celle de clubs plus tournés vers le haut niveau et bénéficiant des structures plus importantes en nombre et moyens que bon nombre de  «  petits » clubs formateurs.
Ton opinion en quelques mots à ce propos ?

C’est d’abord un constat qui peut être fait, effectivement et la difficulté de certains clubs à pouvoir conserver leurs talents là où ils ont les compétences pour permettre à l’athlète de continuer à progresser.
A Vernon nous progressons en ce sens en fonction des athlètes dont nous disposons. La question est aussi de savoir répondre aux besoins des athlètes, sportifs, certes, mais pas seulement. Et pour ce qui me concerne c’est aussi possible de le faire sur un club comme le notre car les athlètes bénéficient de l’avantage de la continuité du projet mené avec eux depuis leurs débuts. Ce n’est pas quelque chose de dogmatique bien sûr mais ce sont aussi des choses qui comptent pour ne pas casser la dynamique d’athlètes de bonne valeur et que la politique des pôles, par exemple, peut parfois mettre en péril. 

Dans ce rôle d’entraineur formateur de club, quelle catégorie est pour toi la plus intéressante à entrainer ?

Toutes sans hésitation. Il est évident que certaines sont parfois plus … « fatigantes » que d’autres à entrainer mais le projet éducatif doit aussi être sous-jacent quand on s’inscrit dans une démarche de formation athlétique.
C’est aussi sur ces valeurs qu’on construit un athlète au-delà de tout ce qu’on lui apprendra techniquement et qui est une base commune à quasiment tous les entraîneurs, en principe. Je pense que l’entraînement est avant tout une science humaine et que la différence se fait bien souvent sur la communication, la psychologie et d’autres aspects pouvant apparaître périphériques. 

Par rapport à cela, ton expérience avec Valentine cette année et la quête « comme les grands » de minimas à satisfaire pour être du voyage à Barcelone a-t-elle été enrichissante ou difficile pour toi ?
Ce contact avec le haut niveau t’encourage t’il à vouloir aller plus loin dans cette démarche ?

Valentine n’est pas la première athlète à avoir été internationale parmi les athlètes que j’ai pu entrainer (Tristan Druet, plusieurs sélections en jeunes et en « A » avec l’Irlande et Laure Funten 1 sélection chez les jeunes en hors – stade) mais cette année a été plus difficile me concernant pour répondre aux besoins de Valentine sur les nombreux meetings où elle a tenté ces minimas tout en conservant une présence satisfaisante auprès des autres athlètes que j’entraine.
Je n’ai d’ailleurs pas fait le voyage à Barcelone avec Valentine en juillet pour compenser cela auprès des athlètes en compétition sur la même période. Valentine s’est d’ailleurs très bien débrouillée sous la responsabilité de l’encadrement fédéral. L’essentiel pour moi était de l’avoir accompagné jusque-là, sachant que le travail était fait.
C’est bien sûr très enrichissant par ailleurs d’avoir un projet de haut niveau avec une athlète comme Valentine et l’objectif est évidemment d’aller le plus loin possible et pourquoi pas jusqu’à Rio ! 

Avec le recul sur ces douze années d’investissement, quels seraient tes souhaits pour les 10 prochaines années ?

Pas d’objectifs particuliers sur 10 ans. J’ai conscience du chemin parcouru, de ce que les choses prennent comme temps et si notre club pouvait accéder en N1B aux interclubs sur les saisons à venir ce serait déjà un premier objectif qui me satisferait.
Apres concernant les athlètes, continuer à nous développer en misant très majoritairement sur le contexte local reste mon leitmotiv et évidemment je souhaite pouvoir accompagner ceux que j’entraîne le plus haut qu’il leur sera possible d’aller.
A titre personnel continuer à m’enrichir, à comprendre et assembler mes connaissances techniques pour un coaching encore plus intuitif, est ce vers quoi j’aimerai continuer à progresser.
Continuer l’aventure en somme ! 

Concernant Valentine, avant de conclure cette ITW, quels objectifs plus précis envisagez vous ensemble à l'avenir et précisément pour l’année prochaine ?

Pour l’avenir nous souhaitons continuer à évoluer sur le schéma à 16 foulées que nous avons commencé à mettre en place cette saison.
En espérant approcher les 57’’ quand cela se sera consolidé jusqu'à la 6e haie, ce qui est théoriquement un minimum selon les grands pontes de la discipline tels Jean – Jacques Behm. Pour l'instant elle tient jusqu’à la 4ème.
Valentine, dont les progrès sont constants depuis plusieurs saisons n’a aucune raison de s’arrêter là.
Avec 3 ou 4 entraînements par semaine en junior, elle a atteint une demi-finale mondiale à Barcelone et remporté 3 titres de championne de France. Valentine a eu par ailleurs un parcours intéressant en épreuves combinées en minimes (4440 points à l’hepta) et a un véritable projet sportif avec l'obtention de son bac puisqu’elle se dirige vers le STAPS ou son statut de haut - niveau va lui dégager du temps pour l’entraînement.
N’ayant par exemple jamais touché une barre de musculation, elle a une grande marge de progression dans certains domaines comme la vitesse et la puissance.
Une participation aux championnats d’Europe espoirs sera si tout va bien le grand objectif estival.

Et bien bonne continuation pour la saison prochaine et merci encore d'avoir bien voulu répondre à ces questions.


<spanstyle="text-decoration: underline="">Compléments : La fiche FFA de Valentine Huzé:
http://bases.athle.com/asp.net/athletes.aspx?base=biographies&seq=168001

Vous aimerez aussi